Vanguarde

poster-vanguard.jpg

La cité de Meridian a un coté ténébreux. Comme partout ou les gens se réunissent en masse, la criminalité prospère. Tricheurs, voleurs, esclavagistes, violeurs et meurtriers… l’humanité a toujours été capable d’horreurs aux cotés desquelles les actes vampiriques paraitraient moraux.

Durant la courte libération de Meridian par l’Ironguard, les cercles criminels tentèrent de saisir l’opportunité pour reprendre leurs anciennes activités. Le chancelier Speyr, autorité suprême de Meridian fut forcé d’agir quand les criminels prirent le contrôle total des approvisionnements destinés aux réfugiés humains. Des escadrons de la mort parcoururent les rues, arrêtant et jugeant sans procès tout humain suspecté d’avoir le moindre lien avec les cercles criminels. Si des innocents étaient pris avec, ils ne seraient qu’un moindre prix à payer pour la liberté de Meridian.

Mais la vie humaine – même aussi basse que celles-ci – étaient trop précieuses pour être sacrifiées, donc les prisonniers furent forcés d’intégrer des milices de protection extérieures et des équipes de constructeurs conscrits. Mais les incidents furent trop nombreux pour être ignorés et à nouveau, le chancelier de Meridian fut forcé d’agir.

Le patriarche des eaux suggéra une idée.
L’océan autour de Meridian a toujours servi de cimetière, les cadavres offerts au dieu noyé. Une mesure aussi religieuse que protectrice, évitant la réanimation des corps par des nécromanciens vampires. L’église noire en faisait même commerce, parcourant les mers sur leurs navires noirs remplis de morts avant de retourner à leur citadelle marine.
C’est là que le patriarche des eaux vit une utilité pour les criminels de Meridian.

Enchaînés à la coque des navires noirs, les criminels trouvèrent une nouvelle occupation en s’occupant des morts en compagnie des moines noirs. Ils vécurent, dormirent et moururent accoudés aux morts de la cité dont ils étaient exilés. La citadelle de l’église noire n’offrait aucune possibilité d’évasion, nul ne sachant nager à Meridian…
Sur les navires, les criminels étaient sous la surveillance des miliciens de l’église noire, séparés par un constant mur de boucliers d’acier. Au fil des ans, les criminels devinrent les instruments de leur propre superstition, devenant les fossoyeurs de l’océan, serviteurs du dieu noyé.

Lorsque les légions de Zephon reprirent Meridian. La cité tomba rapidement, mais les moines de l’église noire avaient foi en l’océan qui protégeait leur forteresse…
Jusqu’à l’arrivée des téléporteurs Melchahims, soutenus par la magie de Rahab, qui parvinrent à créer une brèche dans la forteresse. Le patriarche Ancellas fut le premier à tomber sous les griffes des vampires. Les miliciens aux boucliers d’aciers, menés par le Marshal Torstein, mena une retraite dans les morgues, là ou les prisonniers étaient enchaînés.

Les vampires en poursuite s’attendaient à affronter une poignée de moines guerriers épuisés. Leur surprise fut grande lorsqu’ils se retrouvèrent face à cent cinquante prisonniers enragés, brandissant les boucliers d’aciers de leurs camarades. Aucun vampire ne survécut à cette terrible contre attaque.

Prisonniers et surveillants étaient devenus égaux, et égaux, ils ramèrent pour quitter la forteresse et s’exiler dans la nature de Nosgoth.
Mais leur légende de leur victoire se répandit dans tout Nosgoth. De la pourriture devenue héroïque, prouvant au monde que l’ennemi vampirique était bel et bien mortel. Les prisonniers furent rapidement rejoints par des bataillons de déserteurs, des pirates, prêtres ayant perdu la foi sur le champ de bataille, contrebandiers… Criminels cherchant la rédemption par l’héroïsme, cherchant à imiter l’exemple des hommes du dieu noyé.

Quand la rigueur et la discipline de l’Ironguard fermait la porte aux mal-fortunés, ceux-ci se dirigeaient vers les fossoyeurs de l’océan, heureux de former la Vanguarde, aux premières lignes contre les hordes de Kain.

Vanguarde

Nosgoth mithrap