Confrérie Séraféenne

La confrérie Séraféenne était une faction de la préhistoire Nosgothienne fondée sur l’initiative de Moebius et connue pour avoir mené une croisade d’extermination contre la race vampirique, menés par le seigneur Inquisiteur et scion du conflit, Malek.

a523a1e5628a55c50c8820b00a2d11ef.jpg

D’après les récits de la préhistoire Nosgothienne, l’ordre Séraféen fut instauré par le cercle des neufs scions des colonnes, en réponse à la menace que représentait Vorador, lequel avait alors trouvé un moyen de créer de nouveaux vampires, passant outre sa stérilité.
Les Séraféens représentaient l’élite absolue de la race humaine. Augmentés génétiquement par l’utilisation de mutagènes, ils recevaient également un entraînement spartiate et une formation académicienne poussée, leur permettant d’utiliser des compétences surhumaines et de désenvoûter les vampires, les rendant aussi inoffensifs que des moutons à l’abattoir.

La croisade Séraféenne dura un peu moins de quarante ans, et connut un franc succès, puisqu’elle ne laissa qu’un seul survivant sur l’ensemble de la race vampirique. Les Séraféens parvinrent même à tuer le dernier céleste, Janos Audron, couronnant une campagne d’extermination systématique.

Cette victoire fut néanmoins de courte durée, car le protégé de Janos Audron lança une attaque surprise contre la citadelle Séraféenne, exterminant plusieurs Scions des colonnes. Durant cette attaque, six seigneurs inquisiteurs Séraféens furent également tués, décapitant la hiérarchie de l’ordre. Puni pour ne pas avoir réussi à défendre le cercle des neufs, Malek fut condamné à hanter son armure éternellement, tandis que son corps pourrirait.

Malgré un renouveau de l’ordre sous le commandement de Moebius, scion du temps, l’âge de gloire des Séraféens était passé. Leur ordre finit par se dissoudre dans l’histoire, laissant une marque indélébile.

Aujourd’hui, les Séraféens sont perçus avec respect et admiration, tant par les humains que les vampires, étonnement. Ceux-ci les considèrent toujours comme des ennemis ancestraux, certes, mais à qui on peut concéder la puissance, la noblesse et la compétence martiale, des éléments que les vampires n’ont plus jamais retrouvé auprès de leurs ennemis pendant plus d’un millénaire.

Confrérie Séraféenne

Nosgoth mithrap